Symposium sur l’évaluation aux Yellowknife

31 mai – 1er juin, 2018

Cette année, la SCÉ innove!

Le Congrès 2018, axé sur le thème de la co-création, est organisé par la Section Alberta/TNO, et notre contingent des Territoires du Nord-Ouest est ravi d’offrir aux participants la possibilité d’assister à un événement postcongrès à Yellowknife, les 31 mai et 1er juin 2018. Cet événement est organisé en collaboration avec Dedats’eetsaa: l’Institut de recherche et de formation tłı̨chǫ du gouvernement des Tłı̨chǫ (www.tlicho.ca).

1re journée

La première journée, à l’hôtel Chateau Nova, aura le format d’un congrès conventionnel. Le programme comprendra, entre autres : un discours liminaire sur la décolonisation de l’évaluation par Nicole Bowman, Ph. D. (Mohicane/Munsee); une table ronde sur les approches autochtones de l’évaluation, avec des évaluateurs autochtones de plusieurs pays; des séances en petits groupes et des présentations d’affiches sur des thèmes tels que la recherche communautaire, la collaboration, le transfert des connaissances et la décolonisation, mettant l’accent sur les programmes rattachés au territoire.

Le programme détaillé sera disponible au cours du mois d’avril.

2e journée

La deuxième journée du Symposium sur l’évaluation aux TNO est organisée par Dedats’eetsaa : l’institut de recherche et de formation tłı̨chǫ du gouvernement tłįchǫ. Les activités de la journée seront centrées sur l’exemple de « De K’ee K’ehot s’edee », une enquête axée sur le suivi des travaux effectués sur les hardes de caribous et le développement des méthodologies tłı̨chǫ « Nous surveillons tout » et « Les bottes sur le sol ».

Confronté aux défis associés au déclin de la harde de caribous de Bathurst et à une interdiction volontaire de la chasse au caribou en 2015, le gouvernement tłįchǫ a lancé un projet de recherche sur la collecte de connaissances pratiques essentielles sur cette harde et son habitat. La démarche de suivi du caribou adoptée par ce programme repose sur le principe selon lequel les gens vivant sur le territoire et dont la subsistance quotidienne dépend du caribou sont les mieux placés pour connaître la situation actuelle du caribou et du territoire.

Ce programme fondé sur le savoir traditionnel autochtone des récoltants met à profit des techniques de recherche interdisciplinaires, mais il repose sur les façons traditionnelles de parcourir le territoire, d’interagir avec lui et d’en évaluer la situation. Les aînés tłı̨chǫ qui agissent comme enquêteurs principaux, soit Joseph Judas, de Wekweètì, Michel Louis Rabesca, Moise Rabesca et Joe Rabesca, de Behchokǫ̀, Louie Zoe, de Gamètì, ainsi que John et Merci Koadlik, de Contwoyto Lake, et deux membres du personnel, John B. Zoe, Ph. D., et Petter Jacobsen, livreront des témoignages personnels sur leurs relations avec le territoire. Ils discuteront aussi de leur relation avec le projet; ce faisant, ils feront la lumière sur les origines du projet, les résultats obtenus jusqu’ici et leur incidence sur notre peuple, et les implications d’ordre stratégique.

De K’ee K’ehot s’edee est un des volets d’un projet de recherche multienquêtes pluriannuel axé sur les incidences sociales et culturelles de la perte de la récolte du caribou sur la vie des Tłı̨chǫ, mis en œuvre par Dedats’eetsaa, en collaboration avec l’Institut de recherche en santé circumpolaire de Yellowknife. La disparition du caribou de l’économie culturelle des Tłı̨chǫ soulève d’importantes questions et ouvre la porte aux conversations de réflexion approfondie sur la survie culturelle des Tłı̨chǫ, ainsi que sur les orientations législatives et stratégiques des gouvernements publics et autochtones du Nord. L’importance de la recherche découle de son souci de faire ressortir des préoccupations qualitatives humaines passées sous silence et de trouver de nouveaux modes de vie propres à compenser les pertes et les changements environnementaux.

Les points de vue des Tłı̨chǫ, qu’ils soient chercheurs ou détenteurs de savoirs, sur les méthodologies de recherche autochtones, de même que l’utilité de la recherche en tant qu’outil de promotion des priorités des gouvernements autonomes autochtones, ont une pertinence directe pour les évaluateurs qui s’intéressent à la co-création de recherches dans un cadre centré sur le savoir autochtone.

Cette deuxième journée aura lieu au Village Aurora, à une demi-heure de route du centre de Yellowknife. Le transport des congressistes sera pris en charge par l’organisation.